Véronique DELEAU, praticienVéronique DELEAU

On me demande souvent ce qui m’a amenée sur la voie de l’hypnose. Il est assez difficile de répondre simplement à cette question, tant le cheminement fût progressif.

Je suis pharmacien, praticien hospitalier depuis 18ans. J’ai travaillé 6 ans comme responsable de la pharmacie de l’EPSM de l’agglomération lilloise (Hôpital psychiatrique sur le site Ulysse Trélat, St André), 2 ans comme pharmacien assistant au CH de Lens, et depuis sept 2006, je suis pharmacien chef de service de la pharmacie du Centre Hospitalier de Hénin Beaumont. Ma formation médicale et mon métier m’ont donné l’occasion de constater que les médicaments, bien qu’indispensables à bon nombre de prise en charge, ne peuvent être la seule réponse à tout. Les effets indésirables, l’observance,  les interactions médicamenteuses sont les limites les plus évidentes de leur efficacité. J’ai toujours été fascinée par la capacité qu’a notre corps à se réparer et comment l’état d’esprit pouvait jouer un rôle décisif dans la guérison. Les effets placébo et nocébo en sont les exemples les plus connus. A maux égaux, les ressentis des personnes sont très variables selon la façon dont elles appréhendent les choses. L’angle de vue que l’on prend, face à certaines situations stressantes ou douloureuses, est très important à considérer pour vivre sereinement. Bien sûr, la pensée positive est un outil indispensable au bien-être, mais elle ne résout pas tout. Nous sommes parfois pris dans une sorte d’automatisme qui nous fait répéter des idées sombres, un mode de pensée, un comportement sans que la volonté n’y puisse rien.

Des rencontres avec l’hypnose étalées sur plusieurs années m’ont orientée vers ce chemin dans lequel j’ai progressé pas à pas.

Mon premier contact avec l’hypnose s’est fait lors d’un spectacle au cours duquel j’ai découvert avec fascination la puissance de la suggestion hypnotique.

Alors cantonnée dans mon esprit au monde du music-hall, l’hypnose s’est présentée à moi sous un angle plus médical avec le récit enthousiaste d’une amie qui venait de subir une opération chirurgicale sous hypnose, et me transmettait sa satisfaction face à une situation qui me semblait inenvisageable.

Enfin, un article dans la presse médicale qui faisait l’éloge de l’efficacité de l’hypnose dans de nombreuses prises en charge m’a transmis l’envie d’aller sérieusement à la découverte de cette terre inconnue.

Le pas s’est alors accéléré avec successivement l’idée de développer cette pratique à l’hôpital et en particulier dans le domaine de la douleur, l’acceptation de ma demande de formation à l’hypnose et enfin, ma rencontre avec Olivier Perrot, directeur de l’AFNH (Association Française de Nouvelle Hypnose) et Evelyne Josse qui m’ont formée à la pratique de l’hypnose Ericksonienne et Nouvelle Hypnose à la faculté de médecine Paris Diderot.

Ensuite, la psychothérapie énergétique est venue enrichir ma prise en charge. Formée à l'EFT et au ré-encodage de la matrice à l'Institut de Formation de Psychothérapie Energétique Clinique (IFPEC, Lyon), je ne peux que constater les résultats étonnants de ces outils qui allient le corps et l'esprit pour la libération émotionnelle et le soulagement de bien des maux, croyances et comportements inadaptés.

Simon DUSART, praticienSimon DUSART

Initialement formé au Conservatoire d'Art Dramatique de Roubaix, j'ai longtemps travaillé avec l'inconscient ... de façon inconsciente.

Pendant des années, mon métier d'acteur m'a poussé à travailler en lien étroit avec mon propre inconscient, à lui laisser une grande marge d'action, à le solliciter et l'interroger. Dans mon expérience de la scène, je cultivais, sans m'en rendre compte, la lecture du langage du corps, le maniement des images et métaphores - mode d'expression favori de notre inconscient - la communication paraverbale, la compréhension de nos émotions, et bien d'autres chemins qui me reliaient à l'inconscient sans que je ne le réalise complètement. A mon inconscient , et à celui des autres, celui des spectateurs, que j'accompagnais dans un voyage intérieur le temps d'un film, d'une représentation.

Ce n'est que bien plus tard, en découvrant l'hypnose, que je me suis aperçu que ces liens là existaient déjà dans la pratique de mon travail au quotidien. Que je les avais déjà développés, affinés. Ce fut d'abord une découverte passionnante et réjouissante à titre personnel. Je pratiquais l'auto-hypnose, et restais admiratif des possibilités que cet état pouvait m'apporter. De plus en plus curieux, et soucieux de partager avec d'autres ces découvertes, je me suis mis à lire, à me renseigner. J'ai donc décidé de me former, et suivi le cursus intégral de formation auprès de l'Institut Français des Thérapies Alternatives (IFTA), ainsi qu'auprès de l'Association Francophone de Nouvelle Hypnose (AFNH).

Aujourd'hui, mon souhait est d'accompagner chacun à trouver par ce biais, ces ressources intérieures qui peuvent apporter tant de changement dans le quotidien.